Accueil » Article » Lhistoire Depernay

L'histoire d'Épernay

Epernay est une ville ancienne dont l’occupation permanente des lieux remonte à la fin du premier âge de fer. Peu de vestiges témoignent de l’époque romaine. C’est le testament de Saint Remi (545) qui mentionne pour la première fois Epernay.
La ville est la propriété des Archevêques de Reims jusqu’au XIe siècle. Il s’agissait vraisemblablement d’une ville fortifiée, munie d’épaisses murailles et entourée de fossés profonds.
En 1024, Epernay passe dans le domaine des Comtes de Champagne. L’archevêque rémois Eble de
Roucy céde la ville au comte de Troyes, Eudes de Champagne. A cette époque les foires sparnaciennes sont réputées pour les produits de tannerie, les grains et les vins dit "tranquilles".
Les comtes de Champagne dotent la ville de divers établissements : églises, monastère, Hôtel-Dieu, hôpital et léproserie. Au XVe siècle, la cité échut aux Ducs d’Orléans qui instaurèrent une maîtrise des eaux et forêts.

Les siècles qui suivent éprouvent fortement la ville : guerre de religion, siège, destruction… En 1651, la ville est cédée au Duc de Bouillon en échange de Sedan et Raucourt qui entraient dans le royaume de France. Pendant la Révolution française, de nombreux biens mobiliers religieux sont dispersés et des bâtiments sont détruits comme l’Eglise et le couvent des Minimes.

Après ces périodes troublées, la ville retrouva calme et prospérité. Dès le XVIIIe siècle, son destin est lié à la production du vin de Champagne. L’installation de la ligne de chemin de fer en 1849 accélère l’essor du négoce du Champagne. La ville se métamorphose : hôtels particuliers et "châteaux" s’alignent sur la rue du Commerce, aujourd’hui avenue de Champagne. Grâce à la générosité des familles des négociants, la ville se dote d’églises, d’hôpitaux et de crèches. Les municipalités qui se succèdent participent également à cet élan. De nombreuses écoles primaires sont construites ou réaménagées jusqu’à la Première Guerre mondiale. La population augmente rapidement et la ville s’agrandit à la même vitesse.
Mais la Première Guerre mondiale laisse la ville sans vestiges. Une nouvelle fois, la ville se reconstruit. Pendant l’entre-deux guerres, elle se dote d’un Collège de garçons, d’un Hôtel des Postes, de parcs…
Au cours de la guerre 1939-1945, la ville subit de nombreux bombardements de l'occupation de l'armée allemande jusqu'à sa libération, le 28 août 1944.

Patrimoine architectural

Son patrimoine architectural est ainsi fortement lié à son histoire. Il ne reste que très peu de maisons anciennes. Les destructions et reconstructions successives ont laissé peu de traces architecturales anciennes.

Epernay doit essentiellement son développement urbain à la production du vin de Champagne et l’arrivée du train en 1849. A cette époque, la ville connut un développement sans précédent qui a engendré une production architecturale très riche et variée. Les styles de cette époque se permettent une certaine liberté de création et font preuve d’originalité.
Les maisons de Champagne font appel à des architectes de renom : Victor Lenoir, Stanislas Loison, Auguste-Antoine Toudoire, Charles Blondel…D’autres métiers d’art viennent apporter leur contribution à la qualité architecturale d’Epernay et collaborent aux réalisations remarquables de la ville : Jacques Grüber, Georges Clarin,…

Au XXe siècle, Epernay s’agrandit et de nouvelles constructions voient le jour. L’architecture contemporaine complète alors les styles déjà présents dans la Capitale du Champagne.